Catégorie : Presse

Une année bien remplie !

Atelier Théâtre de l’Austreberthe :

Une année bien remplie !

Jeudi 30 septembre, c’est dans la salle Jaoui-Bacri du centre culturel « La Pergola » que s’est déroulée l’assemblée générale de l’Atelier Théâtre de l’Austreberthe.

Après avoir remercié les membres présents, le président de l’association, Didier Bidaux, a lu le rapport moral dans lequel il a dressé le bilan de l’année 2009/2010, où il y avait huit groupes différents en répétition dans la salle Jaoui-Bacri dont cinq groupes d’atelier-théâtre. Le président a regretté que le département ait supprimé les subventions pour l’association de rmistes « Agir pour être », qui empruntait cette salle les jeudis matins, et qui n’ayant plus de moyens financiers, ne peuvent continuer.

Il a été joué 9 spectacles différents qui ont été présentés 17 fois devant les spectateurs dans le courant de l’année, dans des salles de la région, mais aussi en dehors des salles : Le « Cabaret-Galette » joué dans la grande salle de la Dame Blanche à Pavilly, ou « Saint-Valentin » dans la galerie marchande de Carrefour, un spectacle déambulatoire où les comédiens distribuaient des roses.
« Pour l’année qui vient nous aurons un groupe de moins, a dit le président, car nous avions de nombreux ados de l’âge de passer le bac et bien souvent leur vie continue ailleurs, néanmoins, six d’entre-eux se sont inscrits chez les adultes. Nous aurons le même problème dans quelques années puisque de nombreux élèves ont 12 ou 13 ans. Il doit y avoir des années plus théâtrales que d’autres ! »

Pour les projets de l’année, même s’il n’y a plus que quatre groupes d’atelier-théâtres, les projets ne manquent pas, mais, ne peuvent être rendus public pour l’instant.

Barentin_theatre_09-10_.jpgMais, un projet peut être annoncé, il s’agit d’un stage « contes » avec un conteur de grand talent. Ce stage aurait lieu dans le courant du premier semestre 2011. « Nous avons déjà plusieurs volontaires pour ce stage, ont ajouté les membres du bureau, le nombre sera limité à 12 au maximum, mais il sera ouvert aux membres extérieurs de l’ATA. »

« Notre atelier-théâtre est un atelier vivant ! a conclu le président. Vivant car il y règne la bonne humeur, que ce soit dans les groupes enfants ou adultes, et c’est vrai que quand on participe à une activité de loisirs, c’est pour y prendre du plaisir, se faire des amis… Vivant, car nous participons à notre manière à la société qui nous entoure : aussi bien avec des rmistes qu’avec le centre commercial Carrefour, en participant au forum des associations, des spectacles dans les communes voisines… »

Puis il a remercié les municipalités de Barentin et de Pavilly, pour le prêt des salles, et tous ceux qui sont intervenus dans la conception des spectacles ou la mise a disposition de salles. Puis, il a ensuite laissé la parole à Christine Bourhis, la trésorière de l’association, qui a présenté le bilan financier positif.

Il fut ensuite procédé à l’élection du nouveau bureau, Simone Duparc, tout en restant membre de l’atelier-théâtre, n’a pas souhaité renouveler son mandat au bureau.

Les membres du nouveau bureau : Didier Bidaux, président, Christine Jules, vice-présidente, Christine Bourhis, trésorière, Pierrette Denis, trésorière-adjointe, Mélanie Fouqueray, secrétaire, Jacques Halliez et Stéphanie Dubus-Coquerel, membres.

Le prochain spectacle produit par l’ATA, sera « Dis à ma fille que je pars en voyage », avec Fabienne, Audrey et Christine, sous la conduite de Patrick Bentley, à la Baraque, 46 rue du Nord à Rouen, le samedi 16 octobre à 20h30.

(Article du Courrier Cauchois)


Les acteurs de demain ont envahis la scène

Vendredi soir, dans la salle Jaoui-Bacri, Adrien Leboulanger, intervenant théâtre pour les enfants, a présenté les enfants de 8 à 12 ans de l’Atelier Théâtre de l’Austreberthe, qui ont interprété une pièce d’Eugène Labche « Un chapeau de paille d’Italie ». Malheureusement, une des petites comédiennes a été pris de maux de ventre, elle a été immédiatement remplacée par Pierre, un comédien de l’ATA dans le groupe « Ado 2 », qui se trouvait là en tant que spectateur. Cette performance a été saluée par le public.

Puis, le lendemain samedi, le cours « ados 2 » donnait son spectacle de fin d’année. Comme le groupe « ado 1 », l’animatrice cette année est Rachel Auriol. Le groupe « ados 2 » a fait deux représentations à 15h et 18h où ils ont magistralement interprété une série de sketchs.

Barentin_theatre_07-10_.jpg

(Article du Courrier Cauchois)


Jeunes acteurs sur scène

Samedi dernier, le cours « ados 1 » de l’Atelier Théâtre de l’Austreberthe donnait le traditionnel spectacle de fin d’année dans la salle Jaoui-Bacri (qui sert de salle de répétition et de salle de spectacle) du centre culturel « La Pergola ». La salle ne pouvant accueillir plus de 50 spectateurs, la pièce fut jouée deux fois, une fois à 16h et l’autre à 19 heures.

Barentin_theatre__3_.jpgLe groupe cette année avait pour animatrice Rachel Auriol, formée à l’Ecole du Passage par Niels Arestrup, puis à Moscou : à l’École Nationale d’Art Dramatique Choukine, elle a travaillé également avec Guénadïi Abramov au Théâtre d’Anataloiï Vassiliév. De retour en France, elle travaille avec différentes compagnies : la compagnie IVA, Thamar in warucan, puis Tzigane Dérive et Zakopane puis développe ses talents de conteuses par une série de spectacles joués dans les bars et les péniches théâtres…

Le groupe « enfants » jouera son spectacle pour la deuxième fois à la salle Jaoui-Bacri du centre culturel La Pergola ce vendredi 25 juin à 20h30. Le groupe « ados 2 » fera deux représentations dans la salle Jaoui-Bacri ce samedi 26 juin à 15h et 18h.

(Article du Courrier Cauchois)


Soirée Georges Feydeau

Vendredi dernier, sur les planches du théâtre Montdory, l’Atelier Théâtre de l’Austreberthe avait une rude concurrence avec le premier match de l’équipe de France au Mondial de football, mais, si le public était plus « féminin » que d’habitude, il était quand même présent.

Barentin_theatre__2_.jpg

Les élèves des groupes « adultes » ont joué deux pièces de Georges Feydeau : « On purge bébé » et « Tailleur pour dames ». Mais, contrairement au théâtre de boulevard habituel, les décors étaient réduits à leur plus simple expression.

Le groupe « enfants » jouera son spectacle pour la deuxième fois à la salle Jaoui-Bacri du centre culturel La Pergola vendredi 25 juin.
Le groupe « ados 1 » fera deux représentations dans la salle Jaoui-Bacri ce samedi 19 juin à 15h et 18h. Le groupe « ados 2 » jouera le samedi 26 juin dans le même lieu et aux mêmes heures.

(Article du Courrier Cauchois)


L’appel des planches

Article de Paris-Normandie paru le 21 mai 2010 :

ASSOCIATION D’IDEES

pn21-05-10.jpgA Barentin, l’atelier théâtre regroupe des passionnés de la scène.
Didier Bidaux préside l’Atelier théâtre de l’Austreberthe à Barentin. Il y a 7 ou 8ans, il s’est inscrit à l’atelier à la suite d’une annonce parue dans un journal. « Depuis toujours j’aime le théâtre et j’ai pratiquement vu toutes les pièces jouées au théâtre Montdory. J’en ai fait un petit peu au lycée, mais sans donner suite. Je n’avais jamais pensé monter sur les planches et me produire devant un public, je ne m’en sentais pas capable.» Depuis, Didier Bidaux est entré au bureau de l’association et en est devenu le président il y a trois ans. Il est aussi membre du Théâtre de l’Ecoutille basé à Bouville.

Quels sont vos buts?

Didier Bidaux: « Ils sont simples: favoriser la pratique du théâtre amateur par le biais de cours ou de créations théâtrales ».

Qu’est ce qui caractérise les adhérents?

« Ce qui caractérise les adhérents, c’est de s’amuser en pratiquant une activité artistique plaisante, mais surtout la passion. Nous faisons beaucoup de répétitions. Et quand on répète vingt fois de suite la même chose, jusqu’à ce que l’on trouve le ton juste, ou ce que voulait exactement le metteur en scène, s’il n’y avait pas une bonne dose de passion, on arrêterait immédiatement. »

Qu’est ce qui vous motive?

« Ce qui me motive, c’est justement de transmettre cette passion aux plus jeunes d’abord. Nous avons des cours enfants à partir de 8ans, je voudrais que nous puissions prendre les enfants plus jeunes, mais actuellement ce n’est pas possible. Nous avons aussi des cours pour les ados et nous souhaitons créer de nouveaux événements, des rendez-vous avec les spectateurs comme le cabaret-galette, la participation à des actions comme au centre commercial de Barentin où nous avons joué la comédie à l’intérieur même des vitrines commerciales. Il ne doit pas y avoir de lieux tabous pour jouer la comédie… »

Votre plus grande satisfaction?

« C’est monter sur une scène pour se produire devant des spectateurs. »

Qu’est-ce qui vous manque pour mieux fonctionner?

« Ce sont des salles et des lieux pour jouer la comédie. Si nous avions d’autres lieux que le théâtre Montdory, ce serait un plus…»


Improvisation maîtrisée

Article de Paris-Normandie paru le 19 février 2010 :

BARENTIN. L’Atelier Artistique Austreberthe s’est impliqué dans une prestation improvisée chez les commerçants.

Les comédiens ont participé à la distribution de fleurs dans la galerie

Les comédiens ont participé à la distribution de fleurs dans la galerieA la demande de l’association des commerçants du centre commercial de Carrefour, une vingtaine de comédiens amateurs de l’Atelier Artistique de l’Austreberthe (ATA) ont distribué vendredi 12 et samedi 13 février des roses aux visiteurs de la galerie marchande et chez les commerçants de façon théâtrale.

Une prestation appréciée de tous et une satisfaction pour leur professeur Hélène Cabot : « En plus des fleurs, chacun a distribué aussi des poèmes et ils ont fait des petites scènes tirées du répertoire contemporain pour aller vers le public. C’est un gros travail car il faut rester continuellement dans son personnage. »

Les comédiens ont aussi surpris les gens en s’installant dans les vitrines. « Une belle expérience pour nous », conclut le président de l’ATA Didier Bidaux.


Des mannequins et des hommes

En règle générale, les mannequins des vitrines n’ont pas l’habitude de bouger. Ce week-end, pour la Saint-Valentin, les vitrines du centre commercial de Carrefour Barentin ont fait exception et se sont animées avec des mannequins en chair et en os qui se mettaient à bouger créant d’abord la surprise, puis l’hilarité et la bonne humeur chez les clients, avec une véritable interaction où les chalands répondaient aux signes des mannequins.

Barentin_st_valentin.jpg

C’est donc une vingtaine de comédiens de l’Atelier Théâtre de l’Austreberthe qui a animé le centre commercial avec des petits sketchs, des animations de vitrines, des chansons, des défilés, suivis de distributions de roses aux chalands, mais également au personnel des magasins, vendredi après-midi et samedi.

Une opération menée par Jean-François Balcon président de l’Association des Commerçants de Galerie du Centre Commercial Carrefour de Barentin, qui souhaite que le centre commercial ne soit pas seulement un lieu commercial, mais également un lieu de vie et un lieu de culture.

(Article du Courrier Cauchois)


Succès pour les trois comédiennes

Samedi dernier, c’était la première fois qu’une pièce de théâtre était donnée dans salle communale de Saint-Ouen du Breuil. La municipalité de Saint-Ouen du Breuil avait bien fait les choses pour l’occasion, puisqu’une rampe d’éclairage avait été aménagée.

St_Ouen_theatre.jpgLes nombreux spectateurs ont passé une très bonne soirée avec cette pièce « Dis à ma fille que je pars en voyage » de Denise Chalem, mise en scène par Patrick Bentley, où les comédiennes donnent le meilleur d’elles-mêmes, et qui soulève une multitude de réflexions face à une environnement carcéral particulièrement bien ressenti.

« Ce fut un réel plaisir de jouer devant ce public, constatent les comédiennes Fabienne Bunel, Audrey Mongauze et Christine Bourhis, le thème de la pièce n’étant pas spécialement un thème « porteur ». Ce qui prouve que même dans des petits villages, on s’intéresse au théâtre. »

(Article du Courrier Cauchois)


Un deuxième Cabaret-Galette sous le signe du succès

Samedi dernier, dans la grande salle de la Dame Blanche, l’Atelier Théâtre de l’Austreberthe organisait son deuxième Cabaret-Galette, où les comédiens interprétaient des saynètes de pièces de théâtre ou de films sur le thème jamais démodé « Un amant dans le placard ».

Pavilly_galette.jpgLes spectateurs pouvaient déguster les galettes pendant le spectacle. Ils pouvaient également participer à un jeu-questionnaire sur le spectacle qui a permis à cinq d’entre-eux de gagner deux places pour un des spectacles du « Best Off 09, Le meilleur d’Avignon » qui se déroulera à Barentin du 5 mars au 30 avril 2010.

« Je remercie tous ceux qui ont participé à l’organisation et au service, et en particulier, Martine Halliez et Michèle Démares, qui ne sont pas membres de l’association et qui ont travaillé bénévolement, explique le président de l’atelier théâtre. Je remercie également le service culturel de la ville de Barentin qui a offert les places gagnées par les spectateurs, ainsi que la municipalité de Pavilly qui a prêté la salle. ».

(Article du Courrier Cauchois)


Deux femmes captivantes

Article de Paris-Normandie publié le vendredi 29 janvier 2010 :
SAINT-OUEN-DU-BREUIL. Un spectacle de l’Atelier théâtre de l’Austreberthe demain soir au gymnase.

st_ouen_fille.jpgLe service culturel municipal propose un spectacle de l’Atelier théâtre de l’Austreberthe, demain soir au gymnase. Les comédiens vont jouer « Dis à ma fille » que je pars en voyage, une pièce de Denise Chalem, mise en scène par Patrick Bentley avec Fabienne Bunel, Audrey Mongauze et Christine Bourhis.

Entre les murs d’une cellule, on suit la rencontre de deux femmes qui ne se seraient jamais rencontrées autrement. Incarcérée depuis sept ans, Dominique, prolo et grande gueule, ne voit pas d’un bon œil l’arrivée de Caroline et ses grands airs. Un monde sépare ces deux femmes. Le confinement de la cellule va les rapprocher. Face à Caroline, torpillée par la violence carcérale, l’indifférence bourrue de Dominique se fissure. Consentant à accepter par nécessité leurs différences, les deux femmes se rencontrent, se livrent et se soutiennent.

Dans ce contexte oppressant, leur complicité naissante installe une émotion permanente. Chaque éclat de rire, chaque confession sont autant de petites évasions. La réalité les rattrape souvent, mais l’humanité de leur rencontre est plus forte.

« Dis à ma fille que je pars en voyage », samedi 30 janvier, 20 h 30 au gymnase.
Tarif : 8 €.
Spectacle déconseillé aux moins de 16 ans.