Aucune image

14 février, Saint-Valentin

22 mars 2002 Didier 1

Création du vendredi 22 mars 2002 : Une pièce de Sandra J. Albert Adaptation de Marie-France Santon Mise en scène Hélène Cabot Avec, dans le rôle de : Véronique Abadie Agnès Christophe Anne Cuffel Martine Davy Simone Duparc Christine Jules Pascale Mardoc Articles de presse : Courrier Cauchois du 15 février 2003 Courrier Cauchois du 8-2-2003

Aucune image

PIGEON VOLE Pièce de Georges BERDOT

7 mai 1999 Didier 2

pigeon.jpgProgramme de Pigeon Vole]Un banc dans un square est le seul témoin de confrontations incroyables de plusieurs femmes : mère de famille, jeune fille délurée ou grand-mère inquiétante, elles libèrent au fil de leurs conversations, toutes leurs frustrations, leurs espoirs évanouis.
Elles disent des horreurs et pourtant finissent par attendrir, émouvoir.
Georges BERDOT a manifestement écouté les femmes qui l’entourent, a observé ces  » drôles d’animaux  » sanglés dans leur statut estampillé par les hommes : épouse modèle, maîtresse voluptueuse, mère irréprochable ou grand-mère gâteau.
Et si, derrière ces images lissées, se dissimulaient des êtres de chair et de nerfs, promptes à vaciller dans une douce folie si on leur donne une parole ouverte, exempte d’interdits ?
Nous savons que jouer cette pièce, c’est prendre le risque d’ébranler les spectateurs, c’est interpréter une galerie de femmes méchantes, hypocrites, qui jettent leurs gros mots comme autant d’appels au secours.

Aucune image

Coiffure pour dames

6 décembre 1996 Didier 5

Création de Décembre 1996.
Une pièce de Robert Harling

Adaptation Française de Claire Nadeau et Michèle Laroque

Mise en scène Patrick Bentley

Musique et bruitage Éric Préterre

Avec, dans le rôle de :
Brigitte : Martine Davy
Fafe : Magda Czezowski
Isabelle : Sandra Cretot
Malou : Véronique Abadie
Suzanne : Catherine Lacroix
Anita :Christine Jules

Aucune image

Travaux d’élèves 1996

17 juin 1996 Didier 0

3eme.jpgPour la troisième année consécutive, l’Atelier Théâtre Barentin a présenté un spectacle modestement appelé «travaux d’élèves ». M. Patrick Bentley, qui dirige l’atelier, fut le premier à monter sur scène pour présenter la soirée théâtrale « où se produisent trois groupes : les enfants, les adolescents et les adultes… Ils ont tous des expériences différentes… Quatre scènes d’adolescents sont tirées du théâtre classique. La troisième partie est particulière car il s’agit davantage d’improvisation… C’est une création, un divertissement, disons que nous nous sommes amusés ensemble!».

Aucune image

Premier article dans Courrier Cauchois

18 mai 1994 Didier 0

cc1.jpgL’atelier théâtre Barentin (l’A.T.B.), ouvert cette année, remporte un succès inespéré. Il affiche complet pour l’année 1993-1994. Il est donc prévu pour le printemps prochain un autre groupe .

M. Patrick Bentley. qui dirige l’A.T.B. est très satisfait de ce début a Barentin. Vingt personnes viennent chaque mercredi s’initier au théâtre. Ces comédiens en herbe ont entre 16 et 40 ans. Ce sont en majorité des étudiants. mais aussi des mères de famille, des personnes qui travaillent.

Chaque séance du mercredi commence par: « L’échauffement. le travail du corps, la maîtrise de soi, l’écoute de l’autre… », nous précise M. Bentley. Puis on y fait des exercices de mime: « Sans doute nous travaillerons avec le masques neutre et les masques de la comedia del arts ». Après tous ces exercices préalables à la préparation physique, « on passe à des improvisations… Improvisation seule, à deux, à plusieurs, où les personnages créés par les élèves-acteurs se rencontrent d’une façon inattendue… On fait du théâtre-figure ».

Qu’est-ce que le «théâtre-figure » ? Le théâtre-figure est la création d’une silhouette à partir d’éléments de costumes très divers et de cette silhouette, ils créent un personnage qui raconte son histoire. Ils le font vivre… Ce personnage va rencontrer d’autres personnages qui ont aussi été créés devant les autres… Ils vont se rencontrer et il se passe des choses… Quand ils auront bien créé leur personnage, je mettrai des textes dessus… Des textes imposés, mais ils devront garder « leur personnage ».